Providencia : une île paradisiaque à l’histoire particulière

Quoi de mieux pour l’été qu’une  histoire d’île luxuriante aux plages de rêves, de rivalités coloniales, de trésors de pirates et de colons luttant pour édifier un monde meilleur?
Une livre magnifique écrit par Tom Feiling, écrivain-journaliste de langue anglaise spécialiste des Caraïbes et de l’Amérique Centrale, retrace trois cents ans de l’histoire de Providencia, une petite île appartenant à l’actuelle Colombie au destin singulier, un symbole de l’histoire commune du nouveau et de l’ancien monde.

De quoi s’agit-il? Au début du 17ième siècle, les puissances européennes sont en lutte pour la domination des Caraïbes. Les Anglais, les Français, les Hollandais ne reconnaissent pas le traité de Tordesillas (qui partage l’Amérique entre l’Espagne et le Portugal), cherchent à faire du commerce avec les nouvelles colonies, et bien sûr attaquent les navires et les colonies Espagnoles que l’on sait regorger de beaucoup d’or et d’argent. Tandis que l’Espagne est au sommet de sa gloire et de sa richesse, l’Angleterre, elle, est pauvre ; elle vit du commerce de ses ports, de la laine de ses campagnes, et l’interdiction faite aux colonies espagnoles de faire du commerce avec les autres nations l’incite à employer des corsaires, qui sont en fait des pirates possédant des « lettres de marques » officialisant leurs actions au profit d’une nation . Ceux-ci savent mieux que personne dénicher et ramener dans les ports européens un butin conséquent. Mais alors que les Anglais n’ont pas de possession dans les Antilles, à part la Barbade, la découverte d’une île inhabitée,  qui sera appelée « Providence », proche des côtes du Nicaragua, les incites à lancer sa colonisation pour créer un bastion idéalement situé,  à même de menacer durablement toute les villes l’Amérique Centrale. Après une dizaine d’années, l’Espagne finit par ne plus tolérer la menace (l’or ramené chaque année à Cadix par la « flota », une flottille de vaisseaux marchands, escortés par des navires de guerre, est vital pour les caisses du roi). Providencia, venant juste d’être colonisée, est reprise par les Espagnols, puis finalement des changements politiques se profilent en Europe et les Anglais signent la paix. C’est la fin de l’âge d’or de la piraterie, et les corsaires comme Henry Morgan, doivent se reconvertir. Tandis que plus tard, la Jamaïque ou Saint-Domingue prospèrent grâce au commerce du sucre et d’autre produits tropicaux, Providencia est quasi abandonnée, et sombre dans l’oubli.

Ce qui se passa à Providencia est pourtant comparable au mythe de la création des Etats-Unis. Cette petit île était au 17ième siècle tout un symbole, car elle ne fût pas uniquement colonisée par intérêt stratégique, elle constituait aussi un projet qu’on pourrait qualifier d’utopique. Les colons anglais qui débarquèrent en vagues successives, ainsi que les promoteurs de la colonisation étaient animés par une désir de civilisation basé sur la « vraie » religion. C’étaient des puritains, qui avaient vu là la chance unique de créer sur une terre vierge une société idéale, basée sur des principes divins (parfois proches de la superstition). Ainsi, si tout va bien, c’est la divine Providence qui en est la cause, si tout va mal c’est la conséquences de mauvaises actions, et du mystère de l’omnipotence de Dieu. Les puritains ont cette idée, fondatrice du capitalisme anglo-saxon, que tout travail sur terre que Dieu approuve sera récompensé, ce qui justifie l’entreprise individuelle et la réussite. En résumé: la réussite prouve que Dieu approuve…

Les colons puritains de Providencia ont bien besoin d’une Divine Providence permettant de justifier des actions quelques peu éloignées de la religion, car ils doivent préparer l’île militairement, construire des forts, s’accommoder d’un commandement autoritaire, et d’aventuriers plus attirés par l’or espagnol que par la culture du coton, ou du tabac. Et puritains et pirates ont un destin commun: non seulement ils vivent ensemble sur une île au statut ambigu, menacés par les Espagnols, mais encore ils deviennent des exclus de leur pays d’origine. D’un côté, avec la paix avec l’Espagne signée, les corsaires ne savent comment rentrer dans le rang (la vie de soldat est peu attractive pour qui a goûté à la liberté, et aux gains d’un navire pirate). D’un autre côté, en Angleterre, après la mort de Cromwell, le puritanisme perd grandement en influence ; les puritains passent du statut d’extrémistes à celui de parias: leurs idéaux de pureté, leur critique du mercantilisme (ils veulent être auto-suffisant, ils ne mettent pas le gain d’argent en première ligne) ne plaisent ni à la noblesse et au roi, ni à la nouvelle bourgeoisie.

Les pirates avaient la maîtrise des mers, l’or arraché aux Espagnols, et disposaient de nombreux ports d’attache (Providencia, Port-Royal en Jamaïque, des colonies sur la côte) qui pouvaient être bien défendus.  En 1670, ils étaient capables de réunir une flottille de 30 navires et de milliers d’hommes pour mener à bien leurs attaques. Ils mettaient également en pratique des rudiments de principes démocratiques, leurs chefs étaient élus, et les gains partagés de manière transparente. Les colons de Providencia, quant à eux, étaient anti-royalistes, et nourrissaient le projet de créer un nouveau monde, pas refaire l’ancien. On se prend à imaginer ce qui aurait pu arriver, si Henry Morgan, au faîte de sa gloire et de sa puissance, avait décidé de créer une république des Caraïbes, au lieu de finir sa vie en riche propriétaire terrien de la Jamaïque. Étaient-ce des doutes sur la viabilité économique, ou politique des nouvelles colonies? Était-ce l’attachement à la patrie? Il semble que Morgan voulait qu’on retienne de lui l’image d’un soldat fidèle et respectueux de son pays (il fit un procès à Alexandre Exquemelin, un ancien compagnon d’aventures, à la sortie de son livre sur la vie des pirates). Son prestige était d’ailleurs tel que le roi d’Angleterre lui pardonna d’avoir détruit la ville de Panama,  alors que la paix avec l’Espagne venait juste d’être signée!

Puritains et pirates n’avaient à l’époque pas vu, pas compris cette possibilité commune, et de ce destin avortée, il ne reste aujourd’hui plus rien.  Les habitants de l’actuelle Providencia, interrogés par Tom Feiling, ne savent rien de l’histoire de leur île.  Ils ont pourtant une culture quelque peu différente, parlent un créole anglo-saxon, sont peu attachés à la Colombie,  et semblent avoir la nostalgie d’une époque lointaine et mystérieuse, ou se mêlent les bribes d’histoires de trésors engloutis, de naufrages, de batailles, d’esclavagisme, de révoltes, de religion, avec pour seuls témoins les quelques ruines du 17ième siècle encore restantes. Les archives sur Providencia ont été détruites dans une incendie, et les maux de l’Amérique centrale sont là : pauvreté,  émigration, trafic de drogue, corruption. Ces maux ont pris l’île dans leur tenailles, en attendant, peut-être un jour, de nouveaux changements

Le tardigrade, l’habitant du monde des trois soleils

Il y beaucoup d’idées fascinantes dans le roman de Cixin Liu « Le problème à trois corps », publié en France en 2014. Sans vouloir trop en raconter, je citerais les nano-filaments ultra-résistants, les multiples dimensions de la matière au niveau quantique, et bien-sûr le chaos dramatique d’un système planétaire comportant 3 soleils. Pourtant, au-delà de la fascination du récit, un certain pessimisme domine. On se prend à penser aux problèmes que l’humanité pourrait avoir, si les nouvelles inventions à venir tombaient entre les mauvaises mains. C’est déjà le cas pour l’arme nucléaire, cela va continuer pour la mise en réseau des ordinateurs, l’intelligence artificielle, et on ne sait pas quoi encore. Au delà du récit d’aventure, comme beaucoup d’histoires de science fiction (1984, Terminator) « le problème à trois corps » est aussi un avertissement sur le futur, un futur qui pourrait nous terrasser de manière fulgurante. l’Homme a beaucoup de dons, il a en particulier le don de fixer son attention et sa volonté, et de réaliser tout ce qu’il « sait » être réalisable, à ses risques et périls. Les machines intelligentes viendront. Peut-être se rendra-t-on compte, après plusieurs siècles de « problèmes », que, comme l’arme nucléaire, elles ne servent à rien…

Cixin Liu met en lumière le fait éternel que chaque lutte appelle une autre lutte, chaque haine une autre haine, chaque guerre une autre guerre. Son point de départ : la Révolution Culturelle en Chine, son point d’arrivée:  le présage d’une guerre titanesque encore à venir, laissant peut d’espoir aux humains, sauf s’ils se montrent inventifs, vaillants et travailleurs. La question qui reste en suspens est: les humains méritent-ils vraiment de (sur)vivre?

A part ces nouvelles peu réjouissantes, la découverte fascinante que j’ai faite en lisant ce roman, ce sont ces êtres pouvant se déshydrater à volonté pour résister à de longues périodes de sécheresse, de chaleur, ou de froid. Je prenait tout cela pour de la pure fiction, jusqu’à je tombe sur un article consacré au « tardigrade ». (Voir l’article de Wikipedia, pour savoir exactement à quelles conditions hallucinantes ce petit animal peut être exposé.) On estime qu’ en état d’anhydrobiose, le tardigrade serait capable de survivre dans l’Espace. Sur Terre, il pourrait résister à tous les cataclysmes possibles et imaginables…

Cixin Liu  a peut-être été inspiré par le « Ripper« , de Star Trek, une sorte de monstre spatial tueur doté de pouvoirs mystérieux. Entre une bête longue de 5mm et une créature complexe, il n’y a qu’un pas pour un scénariste ou un écrivain, mais quand même quelques millions d’années d’évolution pour la nature.  Mais… qui sait?  Peut-être que quelques gènes de ce animal nous seraient utiles pour résister à des catastrophes climatiques encore à venir?  (Et si nous avions déjà ces gènes en nous sans le savoir?) Il est également intéressant de voir que les créateurs de Star Trek on imaginé un « Ripper » en relation symbiotique avec des champignons, qui sont de loin la forme de vie la plus résistante aux conditions extrêmes.

Quoi qu’il en soit, « le problème à trois corps » est un livre à lire pour la virtuosité de ses idées, la découverte du monde des trois soleils, un monde où l’Histoire se répète indéfiniment, au gré des forces de gravitation. L’auteur nous fait réaliser que notre capital le plus élevé c’est une planète stable et accueillante. Nous devrions tout faire pour la conserver.