Les utopies concrètes

L’utopie est un non-lieu, un lieu qui n’existe pas, ou pas encore…  C’est un lieu qu’on peut imaginer, qu’on peut rêver. Les utopies ont également besoin de temps, il faut du temps pour arriver à cet endroit qui en théorie n’existe pas. Qu’à cela ne tienne, il nous faut cette idée pour nous sortir d’un cercle où tout tourne autour des mêmes choses.

Il y a cent ans, 80% des gens aimaient les idées nouvelles, les inventions, associaient celles-ci à une amélioration de la condition humaine. Seulement 20% avait peur. Le futur, même un peu fou, était cool! Aujourd’hui c’est l’inverse, notre société est fatiguée, a peur. Nous faisons face à l’excitation publique, l’amplification de tout ce qui est négatif. Pour contrer ce pessimisme, il y a des idées réalistes, productives, et surtout positives. Imaginer un nouveau type de nourriture, plutôt que  de rêver d’un menu quatre étoiles qu’on ne goûtera jamais ou de se disputer sur le partage d’un dernier morceau de pain rassi.

Le banc d’essai Hyperloop, dans le désert du Nevada

Dans la catégorie de gens qui apportent un avenir orienté sur la technique,  il y a ces entrepreneurs bourrés de pragmatisme, qui grâce à des utopies « concrètes », allient savamment l’intérêt général à leur intérêts et rêves personnels : Elon Musk, Jeff Bezos, Paul Allen…. C’est là aussi la renaissance d’un certain capitalisme anglo-saxon, qui se refait une santé grâce à son alliance avec les technologies vertes. Et certaines visions de ce capitalisme vert paraissent parfaitement justes ; elles paraissent pouvoir résoudre brillamment certains problèmes de notre temps. Tesla: alliance des énergies renouvelables et de l’automobile, Hyperloop: les avantages du train et de l’avion, sans leurs inconvénients. On serait tenté de partager cette euphorie ; oui, dans le contexte où nous sommes, les choses à venir seront peut-être meilleures que celles d’avant. En 2011, les experts en énergies renouvelables prévoyaient qu’en 2020, le prix du kilowatt-heure d’électricité éolienne allait passer en-dessous de celui du charbon, or cela arrive en 2017,  avec trois ans en avance. On se dit que parfois, il suffit de lancer la boule,  car si la pente est bonne, elle roulera toujours plus vite.

Pourtant, quand Elon Musk prétend qu’un base sur Mars sera pour bientôt, quand les milliardaires de la Silicon Valley investissent en masse dans la prolongation de la vie, (voire la vie éternelle…), cela rappelle une certaine mission Apollo. Quelques dizaines de milliards de dollars, quelques images de la Lune, un gigantesque coup de PR (Public Relations) qui en 1969 fascina le monde entier. Et après?  Y est-on retourné, sur la Lune? C’est là la différence entre idéal et réalité. L’idéal, s’il est réalisé ne mènera en lui-même à rien, mais ce sont ses retombées sur le long terme qui vont compter, son influence sur les décisions de toute une génération. Mais voilà, il n’est pas certain que ce qui marchait dans les années 1960 marchera encore en 2017 (lancer une idée, attendre que les foules s’enflamment, espérer des retombées positives).  Le contexte a changé. Notre optimisme béat envers le futur a changé…

Une autre catégorie d’utopies concrètes sont les utopies sociales que l’on voit émerger depuis une vingtaine d’année: décroissance, solidarité économique, environnementale, sites de partage, éco-villages, etc. (d’ailleurs, d’après certains, n’importe quelle utopie est d’abord et avant tout sociale).  Il y a un foisonnement d’idées sans cesse renouvelées, basées sur des principes simples,  changer les choses en commençant par la base, par les valeurs humaines. C’est une idée très rationnelle de partager ce que l’on a en trop, ou qu’on n’utilise pas beaucoup, et en même temps çà fait du bien de pouvoir aider quelqu’un, cela renforce les liens sociaux. Les utopies sociales ont néanmoins du mal à s’établir à grande échelle, à servir de modèle ; elles restent en marge de la société. C’est peut-être qu’on croit qu’elles sont réservées à des catégories vivant en marge de la société. Malgré leurs succès, elles manquent de « spectacle » ; personne ne prend des risques insensés, personne ne devient milliardaire, ni millionnaire ; il n’y a pas de quoi allécher les médias, toujours à la recherche de sensationnel.

Même en portant son attention sur bon nombre d’idées pleine de bon sens, de se projeter un permanence dans le futur,  il ne faut pas oublier l’immense masse de ceux qui ont peur, qui se sentent seuls, déclassés, culturellement à la dérive, et qui finissent par se comporter en égoïstes, ne croyant plus à l’honnêteté de quelque projet que ce soit.  Les utopies concrètes doivent être introduites de manière à résister au pessimisme ambiant, pour en finalement devenir le remède. Elles peuvent le faire car ce ne sont pas des idées lointaines et inutiles ; elles racontent une histoire plus humaine, plus efficace, plus respectueuse de l’environnement ; elles pourraient aussi  inspirer une nouvelle culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *